Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

LIVRAISON 🚚 GRATUITE POUR NOS BOÎTES D'ABONNEMENT ET COFFRETS CADEAUX PARTOUT AU QUÉBEC
Le panier

Livraison gratuite sur toutes les 🎁 boîtes d'abonnement

Histoires de Mamans : Les hauts et les bas de l'allaitement

Posté par Claudie Dubreuil le
Histoires de Mamans : Les hauts et les bas de l'allaitement | Les Parentales

Histoires de Mamans c'est une série où les futures mamans, nouvelles mamans ou mamans depuis un moment échangent, partagent et nous font entrer dans leurs vies de mamans.

Chaque histoire est différente. On a toutes nos hauts et nos bas. Peu importe ton chemin, peu importe la voie que tu choisiras d'emprunter, tes choix & décisions t'appartiennent et sont valides. Finalement, on se donne toutes pour être les meilleures mamans possibles, chacune à notre façon.

L’histoire d’allaitement de Maman Annik et bébé 

Voici l’histoire de Annik, maman d’une petite fille de maintenant 2 ans et demi.

Tout a commencé rapidement, trop rapidement! Lorsqu’on accouche prématurément, on ressent beaucoup d’inconnu, d’incompréhension et d’incertitude. Heureusement, tout  s’est passé pour le mieux pour nous. Comme bébé est né prématurément, elle a été gavée durant les 4 premières semaines de sa vie.

Mon point de vue de maman sur l’allaitement

Durant ma grossesse, mon point de vue face à l’allaitement n’était pas clair. Je me disais que si je pouvais allaiter, ce serait tant mieux, mais que sinon, je donnerais le biberon à mon bébé et que ce serait bien correct ainsi. 

Je n’ai donc pas fait de recherches ou de lectures plus approfondies à propos de l’allaitement, je me disais que tout se ferait naturellement. Je n’ai pas non plus pensé à m’informer sur les services de marraine d’allaitement offerts par Nourri-Source.* (Voir bas de l'article pour référence et informations)

Parfois, ou devrais-je dire, souvent… les choses ne se passent pas comme on le prévoit.

Lorsque j’ai accouché, notre fille a aussitôt été transférée en Néonatologie. Lorsque je voulais la voir, je devais donc aller dans cette salle où se trouvent les bébés prématurés ou qui ont besoin d’assistance suite à la naissance.

 J’ai beaucoup souffert du manque de proximité maman-bébé et du manque de « cocooning » dont toutes les mamans rêvent. Lors de sa naissance, je n’ai pas eu la chance qu’elle se blottisse contre moi et de vivre pleinement ces premiers moments remplis d’amour. Heureusement, j’ai pu faire beaucoup de peau à peau durant son séjour à l’hôpital.

Chaque histoire d’allaitement est unique

On m’a suggéré de tirer mon or liquide, le colostrum. Dans mon cas, il n’y en avait que très peu. Je connaissais les nombreux bienfaits de ce petit miel doré pour mon bébé, c’est donc avec un peu d’acharnement que j’ai tiré les quelques mini-gouttes que j’ai pu.

La montée de lait et le début de mon allaitement

Par la suite, arrive normalement la montée de lait. Mais quelle montée de lait?

Je m’attendais à avoir une grosse montée de lait, à devoir appliquer des feuilles de choux et que mes seins débordent! Quelques jours après mon accouchement, la conseillère en lactation de l’hôpital m’a demandé si j’avais eu ma montée de lait? Je n’ai pratiquement rien ressenti, donc je ne savais pas trop quoi lui répondre.

Il faut dire que durant ma première semaine à l’hôpital (malgré mon congé j’y suis restée jour et nuit pour veiller sur mon bébé), j’étais dans un état de choc et un peu dans le déni. On me conseillait de faire des choses, mais je n’écoutais les instructions qu’à moitié…

Je me fâchais contre le tire-lait qu’on me proposait d’utiliser pour offrir mon lait à bébé et je n’étais pas très assidue dans mon « pumping »! Je peux vous dire que j’ai un peu une relation amour-haine avec le tire-lait.

Un chemin de lait parsemé d’obstacles

Environ une semaine plus tard, lorsque j’ai repris mes esprits et que j’ai accepté la situation dans laquelle nous étions, j’ai TOUT fait pour allaiter. C’est là que c’est devenu une évidence pour moi : je voulais absolument allaiter et profiter de ces moments de qualité maman-bébé.

Quelques obstacles se sont ajoutés, mais maman n’a pas abandonné! Bébé avait un frein de langue, un frein de lèvre et était prématuré… donc rien pour mettre les chances de notre côté.

J’ai donc commencé à prendre des produits naturels et j’ai ajouter la dompéridone, un médicament pour favoriser la montée de lait. Je tirais  mon lait aux 3 heures, c'était désormais ma nouvelle routine. Tout ça a duré 4 semaines. J’ai aussi fait du « powerpumping » pour tenter d’augmenter ma production.

J'étais motivée et à ce moment, je souhaitais faire tout en mon possible pour arriver à mon but : pouvoir allaiter mon bébé.

Je n’ai jamais eu une grosse production de lait maternel, mais au moins, j’en ai eu suffisamment pour nourrir bébé.

Lorsque bébé a commencé à téter, nous avons utilisé une téterelle. Une fois de retour à la maison, elle a tout naturellement commencé à délaisser la téterelle.

Dans les premières semaines, nous avons donné à bébé quelques biberons avec une préparation riche en calories (condition pour ENFIN sortir de l’hôpital). 

Bébé a décidé, comme ça un soir, que c’était assez! Elle ne voulait plus rien savoir du biberon et ne voulait que boire au sein. J’ai continué ma prescription de dompéridone pour quelques mois et j‘ai arrêté lorsque je me suis sentie assez confiante face à ma production de lait. Et par la suite, je n’ai jamais manqué de lait pour bébé.

Une aventure positive qui se poursuit

À ces 10 mois, j'allaitais toujours ma petite fille. La famille va bien et nous sommes tous heureux! Mon conjoint a été très présent et m’a apporté le support dont j’avais besoin afin que notre parcours soit le plus harmonieux possible.

 

Chaque histoire est différente. On a toutes nos hauts et nos bas & nos défis sont différents. Le meilleur conseil que je peux te donner c’est de suivre tes ''feelings'' et surtout de ne pas te comparer… 

Soit douce envers toi-même Maman.

 

Signé Mama Annik

Annik maman et doula nous raconte son histoire dans notre série histoires de maman. L'allaitement au Québec d'un nouveau-né bébé prématuré,

 

Note de Les Parentales

À toi, la maman qui n'a pas allaité

Cet article est le récit d’une maman qui a allaité bébé et en aucun cas un article pour prôner ou non l’allaitement. Que tu aies allaité ou non, pour des raisons personnelles, médicales ou encore par choix, saches que tu as choisi ce que tu crois le mieux pour ton bébé et c’est ce qui est important.

Ressources Allaitement Québec

Fédération Nourri-Source

Savais-tu que Nourri-Source est un organisme qui a pour mission de regrouper, soutenir et défendre les intérêts de ses membres, tout en contribuant à la promotion et à la normalisation de l’allaitement maternel.

Ils offrent des services gratuits de marrainage pour t’offrir des conseils et te guider dans ton allaitement. Tu peux même avoir une rencontre plus poussée si jamais tu as des problèmes ou défis durant ton allaitement. 

Ils proposent également dans certaines régions des haltes-allaitement où tu peux discuter en plein-air ou dans des locaux avec des mamans de différents sujets relatifs à la maternité / parentalité.

Visite notre carnet Ressources pour mamans ici pour les coordonnées 

← Ancienne article