Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

LIVRAISON 🚚 GRATUITE ACHAT + 75$ BOUTIQUE LOCALE
Le panier

LIVRAISON GRATUITE QC

🥑Boîtes d'abonnement

🥑Coffrets cadeaux

🥑+75$ Boutique 100%QC

🥑Tasse café Les Parentales

    Histoires de Mamans : Devenir maman fleur à 18 ans

    Posté par Claudie Dubreuil le
    Histoires de Mamans : Devenir maman fleur à 18 ans - Les Parentales

    Histoires de Mamans c'est une série où les futures mamans, nouvelles mamans ou mamans depuis un moment échangent, partagent et nous font entrer dans leurs vies de mamans.

    Chaque histoire est différente. On a toutes nos hauts et nos bas. Peu importe ton chemin, peu importe la voie que tu choisiras d'emprunter, tes choix & décisions t'appartiennent et sont valides. Finalement, on se donne toutes pour être les meilleures mamans possibles, chacune à notre façon.

    À toi jeune maman de 18 ans 

    Devenir maman, c’est un peu comme apprendre à jardiner. Trouver l’emplacement idéal qui offre juste assez de soleil, dégager la terre et l’améliorer, planter et aussi savoir arroser aux bons moments. 

    C’est des essais, et aussi des erreurs. Des fois ça fonctionne, pis des fois non. Et parfois, il arrive qu’une fleur s’enracine plus tôt que prévu. Avant même qu’on ait eu le temps d’avoir les bons outils, pis c’est correct aussi! On apprends à devenir maman.

     Maman à 18 ans comment Aurely a vécu sa grossesse à un jeune âge

    Une petite pousse : Le début de mon aventure de jeune maman

    Je vais te montrer que c'est possible de fleurir et faire fleurir sans toujours avoir les meilleurs outils. Mets tes gants de jardinage, je t'emmène dans ma cour et je te raconte comment je suis devenue maman à 18 ans. Ne te surprends pas, j’aime beaucoup faire allusion au jardin pour représenter notre famille – Je trouve que c’est coloré comme façon de voir les choses et ça me fait du bien. Et je trouve que ça rend l'histoire un peu moins dramatique.

    Il y a maintenant 8 ans (wow déjà), une petite pousse a commencée à pousser dans notre jeune jardin alors qu'on n'avait pas encore terminé de préparer notre terre. Malgré les cailloux et le manque de soleil, notre petite fleur s'est enracinée profondément pour nous montrer ses couleurs,  les plus belles des couleurs!

    Une route parsemée de cailloux : Quand le jugement est trop facile envers les jeunes parents ?

    Quand nous avons annoncé à nos familles qu'on avait réussi à faire pousser une petite graine, elles ont rapidement assombri le ciel. Beaucoup d'incompréhension, de peur et de jugements. 

    On nous disait de la déraciner, qu'on n'était pas prêts à la faire pousser et qu'on n'avait pas les bons outils pour jardiner. Mais nous, on s'était déjà attachés à elle, notre petite pousse était déjà bien entêtée à rester avec nous. On voulait le meilleur pour nous et l’avenir de notre famille,, mais personne ne comprenait que « le meilleur » était devant nous, juste dans notre cour. À la place de nous féliciter d’avoir réussi à faire pousser un miracle dans notre terre pas prête, on nous a dit que c'était juste pas le bon moment, qu'on devrait attendre d'avoir un jardin plus grand avec plus d'engrais. 

    C’est à coup de "vous n’irez pas loin dans la vie en devenant parents à 18 ans" qu’on s’est retroussés les manches mon chéri et moi, et qu’on a tout donné pour que notre famille voit le jour. Nous avons décidés de rencontrer une travailleuse sociale pour voir les options qui s'offraient à nous. À la suite de cette rencontre, c'était bien clair pour nous: nous voulions du plus profond de nos racines devenir parents et nous étions prêts! Prêts à tout pour avoir une belle vie remplie d'amour, d'aventures et de couleurs pour notre nouvelle famille.

    Je te rassure, notre famille a fini par nous comprendre et nous soutenir dans nos démarches. On dit que le temps arrange les choses, et c’est bien vrai! 

    Ce que j’aurais voulu qu’on me dise du haut de mes 18 ans et de ma première grossesse

    Aujourd'hui, 8 ans plus tard, je peux dire haut et fort que nous avons réussis !  Et pas pire bien à part de ça. Nous vivons dans notre première maison depuis près d'un an, avons de belles carrières et une jolie famille aimante. On a même fait pousser d’autres fleurs depuis.

    En attendant de connaître ton histoire, j’aimerais terminer par te dire ce que j’aurais voulu qu’on me dise , du haut de mes 18 ans et de ma jeune grossesse:

  • Premièrement Félicitations !!!
  • Réussir à faire pousser un enfant, c’est un miracle. Si on ne te l’a pas assez dit : FÉLICITATIONS! Je suis très heureuse pour vous, si c’est ce qui vous rend heureux.

     

  • Votre histoire, vos sentiments, votre décision
  • Écoutez-VOUS en tant que futurs parents et amoureux. Laissez les commentaires des autres de côté. Ça se peut aussi que ce ne soit juste pas le bon moment, c'est des choses qui arrivent, pis c'est correct. Fiez-vous à VOS sentiments. S’il y a une chose que je regrette de mon histoire, c’est d’avoir trop porté attention aux commentaires désobligeants des gens. « Mind you own garden » : c’est ce que j’aurais aimé dire à ces gens-là, ceux qui me regardaient les yeux remplis de jugements.

     

  • J’ai confiance en toi. Une chose à la fois, tu vas y arriver.
  • Chaque chose en son temps.  Personne ne peut décider à votre place dans quel ordre vous faites les choses. Parce que steak, blé d'inde ou patate en premier, ça va goûter le pâté chinois pareil. Pour l’avoir vécu, quand on devient parents par surprise un peu trop jeune, on est loin d’être prêts. Mais on le devient, un pas à la fois. Petit train va loin, comme on dit!

     

  • N’hésitez pas à aller chercher de l’aide extérieur et neutre.
  • Aller chercher de l’aide et des ressources, c’est un signe de sagesse. Comme tu l'as lu plus haut, nous avons consulté une travailleuse sociale pour nous éclairer dans notre choix et nous aider à prendre nos responsabilités en tant que nouveaux parents. En plus de nous apporter un support moral, on nous a fait découvrir plein d’organismes qui aident les jeunes parents, notamment la fondation OLO qui donne une chance égale aux familles de mettre au monde des bébés en santé et d’acquérir de saines habitudes alimentaires tôt dans la vie, en offrant un soutien alimentaire tout au long de la grossesse.

     

    Dernière chose :Rappelle-toi que les plus grandes et difficiles randonnées mènent aux plus beaux sommets.

    Je te souhaite tout le bonheur du monde.

    Et félicitations encore!

    ← Ancienne article Nouvelle article →